∞ Otaku World ∞
Inscrivez-vous pour profiter de toutes les options du forum, ainsi que pour appartenir à la grande famille des Otakus!
∞ Otaku World ∞

Bienvenue dans un monde où tu pourras être toi-même et vivre ouvertement tes passions ! Ce forum est tourné vers la culture asiatique, particulièrement japonaise, mais tu es libre d'innover !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NAME PENDING - Chapitre 9

Aller en bas 
AuteurMessage
Rhist
Addict
Addict
avatar

Messages : 1781
Points : 3080
Réputation : 95
Date d'inscription : 09/05/2015
Age : 25
Localisation : Quelque part entre ciel et terre

MessageSujet: NAME PENDING - Chapitre 9   Jeu 1 Oct - 22:25

NAME PENDING (Chapitre 8) :

Spoiler:
 
Mao avait eu du mal a retrouver Kaylina lors de leur séparation. Et bien qu'il l'ai retrouvé, ils avaient tous dut à nouveau se séparer. Il commençait à en avoir marre de toujours avoir à s'éloigner des autres. Il aurait aimé qu'ils restent tous ensemble, et qu'il fassent face à l'adversité de concert. Mais c'était bien entendu impossible. Il fallait se séparer pour pouvoir mener à bien le plan qu'ils avaient mis au point la veille. Bien qu'il soit pour la majeur partie l'oeuvre de Rhist et de Jakylla, tout le monde semblait l'avoir accepté sans problèmes.

Mao n'avait jamais vraiment voulu continuer, mais qui pourrais lui en vouloir? Ils allaient au devant de leur adversaire uniquement dans le but d’acquérir une réponse à la question : pourquoi? Cela lui semblait stupide, et injustifié, pour lui, ils auraient tous dut se séparer et laisser Rhist et Zwei derrière, au lieu de mettre tout le monde en danger. Mais bien qu'il pensait ainsi, il ne pouvait pas s'enfuir seul, il les considéraient tous comme ses amis, et ne voulait pas les voir mourir uniquement car sa faiblesse l'avait empêcher de rester à leur cotés.

Mais malgré tout cela, il courrait sous la pluie, apeuré et effrayé. Il voulait vraiment faire preuve de courage, mais dés que les premiers coups de feu avaient retenti, il avait sentit que quelque chose clochait : ses adversaires semblaient bien trop sournois pour être les même que ceux contre qui ils avaient eu l'habitude de se battre.

Tout d'abord, ils ne cherchaient pas à les localiser au sons qu'ils faisaient, et n'hésitaient pas à utiliser des piégés. Mao avait très bien compris qu'il s'agissaient d'humains normaux, mais il ne comprenait pas pourquoi ceux-ci s'en prenaient à d'autres humains? N'était-il pas logique, dans une telle situation de s'entraider, et de tenter de se débarrasser de leur ennemi commun?

Mao courrait encore et toujours, à travers les ruelles, armée et près à ce défendre. Yuuko, qui l'accompagnait pour cette mission, devait déjà s'être infiltré dans le bâtiment où devait se trouver le chef de leurs adversaires. Il devait donc encore gagner un minimum de temps, pour qu'elle puisse piéger le lieu, avant de s'enfuir.

Le jeune homme courrais de toutes ses forces, ses jambes le tiraient et ses muscles le faisait souffrir, mais il savait que si il s’arrêtait ne serait-ce qu'une seconde, il n'arriverait pas à repartir. Il devait donc tenir bon.

Le bruit des gouttes d'eau tombant du ciel et essayant de se joindre au sol résonnait et masquait tout bruit ambiant. La visibilité était mauvaise, l'eau brouillait la vision de Mao. Il courrait en suivant le chemin prédéfini, s'essuyant le front de temps en temps, pour que l'eau ne lui tombe pas dans les yeux.

Un tournant à droite, un autre à gauche, un second à gauche, une grand rue menant sur un rond point... Tout correspondait, il avait bien gardé en mémoire la topographie des lieux. Mais malgré tout, il ne savait pas si ses poursuivant étaient proches ou éloignés. Il courrait à l'aveuglette, ne pouvant pas se fier ni à ses yeux ni à ses oreilles.

Il tourna dans une ruelle censé lui permettre de s'approcher du bâtiment où se trouvait Yuuko. Il courrait à travers les petites rues lugubre, comme si ça vie en dépendait.

Mais soudain sa course pris une halte forcé. Une vive douleur se répandit sur son visage, alors qu'il vit un long éclat de sang se répandre dans les airs, avant de se diluer dans les flaques d'eau au sol. Il souffrait, il voulait hurler, mais sa voix était éraillé, à force d'hurler pour attirer l'attention de ses poursuivants.


- Ohayo Gozaimasu... Shine... Doshite...

Un homme, japonais, sans doute, se présenta face à lui. C'était lui qui avait mis fin à sa course, d'un coup de crosse en plein visage, brisant au passage le nez de Mao. Bien entendu, Mao ne comprenait pas le Japonais. De plus, la douleur l’empêchait de se concentrer sur ce que pouvait bien dire l'homme.

Ce dernier ne semblait pas vraiment attribuer une grande importance à ce que pouvait bien penser Mao : il tournait en rond, jouant avec son fusil, et continuant à parler. Mao tenta de se relever, avec grand mal. Il sorti son arme, et menaça son adversaire. Ce dernier ressemblait à un Yakuza, mais Mao n'avait pas peur... La douleur faisait naître en lui une nouvelle adrénaline. Il voulait rentrer auprès de ses amis. Il voulait leur venir en aide, et permettre qu'ils reviennent tous à la maison, indemne.

Mao se rua vers l'homme, hurlant, vidant ses poumons, décidé à en découdre. Il ressemblait à une bête enragé, alors qu'il se lançait de toute ses force sur son agresseur.


- Crééééééééééve Connard ! Hurlait Mao, décidé et en colère.
- Shine... Kisama.

L'homme ne dit qu'un mot, alors qu'une nouvelle douleur, cette fois dans le dos, frappa Mao. Sur le coup, il s’arrêta net, et porta une main à la source de la douleur. Celle-ci lui revint ensanglanté. A la vision du sang, il voulu vomir, mais ce fut du sang qui quitta sa bouche.

Il baissa les yeux, et vis un sabre dépasser de son torse. Un homme dans son dos l'avait empalé, et son coup avait perforé un de ses poumons et son estomac. Mao se mis à rire difficilement, alors que son assassin retira sa lame, avant de la secouer violemment.

Mao s’effondra au sol, bruyamment et violemment. Il venait de comprendre qui étaient ses adversaires. Ce n'était pas les hommes de Einz, c'était bien pire que ça : ils venaient de s'en prendre à de purs Yakuza, et le tatouage en forme de dragon qu'arborait son bourreau dans le dos, lorsqu'il passa a coté de Mao le lui prouva.

Le rire de Mao se transformait lentement mais inexorablement en râle douloureux, alors qu'il se vidait de son sang. Il espérait vraiment que Yuuko arriverait à s'enfuir sans problèmes. Il espérait que ses amis pourraient s'en sortir.

Il avait froid. Il faisait sombre autour de lui. Pourquoi n'entendait-il plus le son des gouttes d'eau se fracassant sur e bitume? Il avait sommeil. Il se dit qu'il allait sans doute se reposer un peu, puis il se réveillerait en forme, et viendrait en aide à Yuuko. Des larmes coulaient le long de ses yeux, des yeux vide et effrayé.

Il poussa un dernier râle, avant de finalement trouver le repos.


Les votes on été décisifs, RIP vous savez-qui... Sinon, le prochain chapitre se passera quelques jours avant les événements des 3 derniers chapitres (celui-ci compris) et vous permettra de comprendre comment nous en sommes arrivé là, promis :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
NAME PENDING - Chapitre 9
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 41e chapitre de l'Ordre de Château-Thierry
» Centralisation VF Jojolion (Chapitre 34 & 35)
» Réchauffement climatique (chapitre 2)
» Livres en vignes
» 2012: les grandes manœuvres (chapitre 6)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ Otaku World ∞ :: Vos créations :: Ecriture :: Fanfic spéciale forum-
Sauter vers: